" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il faut mettre l’Etat Français sous le contrôle des citoyens.

Par Sidney Touati

31 janvier 2019

 

Pourquoi la France est-elle en crise ? Une crise grave, profonde, sans solution?

La réponse est simple : le pouvoir dont dispose l’Etat pèse d’un poids écrasant sur l’ensemble de la société.

L’Etat français consomme 57% de la richesse produite.

Il prélève plus de 46% du PIB.

La différence est financée par la dette, les déficits.

Le fonctionnement actuel de l’Etat français est incompatible avec le contexte économique européen et mondial.

L’Etat, ses fonctionnaires, la multitude infinie de ses bureaux, le contrôle qu’il exerce sur chaque citoyen, est le produit d’une économie fermée.

Cette fermeture est en contradiction avec les règles d’une économie de marché, par définition ouverte, en expansion.

L’Etat bureaucratique français chasse l’entreprise et les entrepreneurs quels qu’ils soient, en dehors de l’Hexagone. (Délocalisation, expatriation). En un mot, tous les très grands sont partis ou sont en train d’organiser leur départ. Tous ceux qui le peuvent tentent de fuir. Rares sont les hauts diplômés qui envisagent de faire carrière en France. L’exode des talents, de la richesse sous toutes ses formes, est le trait saillant de la situation actuelle.

 

L’Etat et ses représentants, refusent de communiquer sur ce point. Bercy possède les chiffres exacts concernant le coût de cet exode de masse des « véritables élites ». La nation a le droit de savoir. Bercy doit dire aux Français la vérité sur cette question.

Ceux qui restent, ont le sentiment d’être les prisonniers, les captifs d’une bande organisée qui pratique la piraterie d’Etat.

Les Français de l’intérieur, supportent de plus en plus difficilement le coût de l’État qui ne cesse de croître.

La crise des Gilets Jaunes est l’expression du point de rupture de ce système.

Pour justifier son pouvoir de plus en plus despotique et ses dépenses disproportionnées, l’Etat évoque sa mission « sociale », la « solidarité », la redistribution des richesses.

 

L’Etat providence, devenu machine à détruire la richesse et les citoyens, ne peut plus financer ce qui lui donne sens, le social. Il en arrive à prélever de plus en plus, sur ceux qu’il est censé aider. Donc, en réalité, par l’impôt et les taxes, l’Etat récupère d’une main, ce qu’il a donné de l’autre. Le coût du processus du transfert/contre-transfert des richesses, est un facteur de ruine. Il augmente sans cesse le nombre d’assistés.

 

Les politiques ne peuvent réformer ce système.

D’abord parce qu’ils en tirent un énorme profit ; en second lieu parce qu’  ils dépendent pour leur élection, de cette masse d’assistés dont ils font partie.

 

Il n’existe aujourd’hui que deux possibilités : soit poursuivre dans cette logique, jusqu’à l’effondrement total qui n’est plus très loin.

Soit (re)donner du pouvoir aux citoyens.

 

Pour sortir le pays de l’impasse, je formule la proposition suivante.

 

Mesure de sauvegarde

 

Les élus ayant failli à leur mission, il faut de toute urgence, donner aux citoyens le pouvoir de contrôler directement la dépense publique.

Il faut, sur tout le territoire, créer des comités de contrôle des entreprises, quelles qu’elles soient, qui utilisent les deniers publics : administrations, associations, entreprises bénéficiant des prérogatives de puissance publique...

Ces comités doivent être composés de citoyens tirés au sort, nommés pour une ou deux années au maximum.

Ces comités, agissant dans la transparence la plus totale, doivent, au regard des audits effectués, proposer de supprimer les dépenses qui ne sont pas jugées nécessaires.

 

Ces comités commenceront leur travail en procédant au contrôle des grands corps de l’Etat : Assemblée Nationale, Sénat, Conseil Économique et Social, Conseil d’Etat, Conseil Constitutionnel, ENA, Cour des Comptes, Conseils Régionaux, Départementaux, Mairies, Administration fiscale, sociale...

 

Partout, les citoyens doivent sans attendre, se constituer en Comités de Contrôle de la Dépense Publique. Créer à cette fin des Associations Loi 1901.  Se présenter, avec ou sans le soutien des élus locaux, aux portes des administrations pour demander à contrôler leurs comptes.

 

Seule la mise de l’Etat en faillite sous la tutelle des citoyens, pourra sauver la France du désastre annoncé.

 

Sidney Touati

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :