" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

École : lavage de cerveau immigrationniste de nos enfants en CE1 !

Publié le 12 mars 2019 - par

Le site Fdesouche nous livre un document intéressant : « Vaucluse : une classe de CE1 travaille sur un tract de propagande immigrationniste, truffé de fautes d’orthographe » François le 11/03/2019.

Nous l’avons montré à diverses reprises, l’école n’est plus le lieu de la transmission des connaissances mais celui de la bonne parole à délivrer aux jeunes écoliers, afin qu’ils deviennent de bons citoyens, bien formatés à la pensée correcte.
Au temps de L’URSS, Jdanov avait pris en main la propagande afin d’imposer la ligne du Parti dans le domaine culturel. Aujourd’hui, l’école remplit à peu près le même rôle afin d’éduquer (ou plutôt rééduquer) les âmes de nos petits élèves !

Ce tract – car c’en est un – est loin d’être un texte littéraire ! Un tract est militant. Il dit le bien-penser : l’antiracisme, la tolérance et l’accueil des migrants. Qu’il soit destiné à des élèves de CE1, c’est-à-dire à des élèves en apprentissage de lecture ou qui devraient savoir lire et approfondir leurs connaissances de la langue française par des leçons de grammaire, de vocabulaire et d’orthographe, nous indique que la priorité a bien changé. On le voit dans le fait qu’on fasse étudier un texte bourré de fautes grossières, pourtant écrit par des enseignants ! Mais qu’est-ce que l’orthographe comparée à la profondeur du message ? Peu de chose… Ajoutons que pour faciliter la lecture, on a illustré le tract de dessins à portée d’entendement des petits.

Un peu d’analyse de texte

Premier paragraphe : « la différence est une chance » 

C’est donc un postulat. En effet, par ces temps où l’immigration ouverte et sans répit emplit la société et l’école en particulier, il est bon de rappeler aux Français de souche que ce qu’ils supportent de plus en plus difficilement est une aubaine, une chance pour la France et qu’en tant que telle nous devons l’accueillir avec sourire et respect.

Deuxième paragraphe : les différences physiques

Là, on procède par étape ; c’est de la pédagogie ! Et de nous montrer qu’il y a des Blancs, des Noirs, des basanés et des Jaunes… Un scoop !
Il y a même différentes religions ! On lit : « On peut être orthodoxe, chrétien, protestant, musulman ». Petite erreur : les protestants sont des chrétiens, mais on ne va pas chercher la petite bête… Mais où sont passés les juifs ? Le judaïsme ne serait pas une religion ? Il est vrai que les juifs dérangent l’harmonie planétaire ; du reste, ils quittent la France d’année en année. Sans doute à cause de la tolérance des musulmans à leur égard ! Après tout, les juifs peuvent toujours partir en Israël.
Les petits Français sont aussi appelés à s’intéresser aux autres coutumes, aux autres cuisines et donc à respecter implicitement le halal avec tout ce que cela comporte d’entorse à la loi sur l’abattage rituel qui rapporte, il est vrai, un argent fou aux Imams.

Troisième paragraphe : apprendre la langue de l’Autre !

Il est dit : « Tu connais une personne qui ne parle pas la même langue que toi, demande-lui de t’apprendre quelques mots… »
Autrefois les étrangers qui venaient s’installer en France faisaient l’effort d’apprendre la langue du pays dans lequel ils avaient choisi de vivre. L’école leur enseignait comme aux Français de souche, la langue de Molière ! Cela s’appelait l’intégration. Aujourd’hui, celui qui parle sa langue maternelle dans son propre pays est appelé à s’intéresser à celle des migrants. C’est sans doute la raison pour laquelle on fait apprendre l’arabe dès le préparatoire. On imagine le casse-tête quand on sait que dans certaines classes il se trouve plus de quarante ethnies différentes. Il y a de quoi en perdre son latin ! Mais n’est-ce pas normal ? Accueillir l’Autre c’est manger comme lui, parler comme lui et pourquoi pas se vêtir comme lui puisque beaucoup de nouveaux arrivants viennent en costume traditionnel. Le folklore c’est tout de même plus festif.

Quatrième paragraphe : l’ignorance

Si nous n’étions pas aussi ignorants des us et coutumes des migrants, nous serions plus tolérants. Il y a donc urgence à s’informer. De plus, nous ne verrions pas le mal partout, comme certains qui prétendent que les migrants sont source de problèmes. Quelle mauvaise foi ! Si nous chaussions les bonnes lunettes, nous comprendrions que les migrants sont source d’enrichissement pour notre pays. C’est pourquoi il est demandé aux gosses de CE1 de dénoncer les adultes qui profèrent ce genre de calomnie. Et s’ils entendent des propos négatifs à l’égard des migrants, les écoliers peuvent demander des comptes à leurs parents, voire les dénoncer. Donc on incite des enfants de 7 ans à s’opposer à leurs parents pour la bonne cause. L’autorité parentale est déjà mal en point mais là, on lui donne le coup de grâce ! La délation des enfants à l’égard des parents, n’a existé, à ma connaissance, que dans les pays totalitaires : l’URSS et la Chine, pour ne citer qu’eux.

Cinquième paragraphe : sois tolérant !

C’est la morale de l’histoire. La tolérance – qui se doit d’être pratiquée par le pays d’accueil – est une vertu à sens unique, on le voit chaque jour. Les délinquants issus de l’immigration bénéficient d’un « angélisme pénal » incontestable car il faut être compréhensif à l’égard des déracinés (volontaires). Nous l’avons encore observé avec ce dernier fait divers qui s’est produit dans la maison d’arrêt de Condé-sur-Sarthe (Orne) : deux gardiens de prison violemment blessés à l’arme blanche par le prisonnier Mickaël Chiolo (fiché comme radicalisé) et sa compagne qui avait dissimulé un couteau sous son voile intégral. Il faut dire que le bon comportement du détenu méritait bien une récompense : celle d’avoir accès à « l’unité de vie » et de retrouver sa compagne pour une parenthèse intime dans ce monde impitoyable de l’incarcération. Notons aussi qu’il eût été déplacé de fouiller la visiteuse car on aurait mis ce geste sur le compte de l’intolérance pour la religion de paix et d’amour qu’est l’islam. C’est sans doute pour remercier le directeur de l’établissement pénitentiaire de leur avoir octroyé cette visite que les deux fanatiques religieux ont préféré le djihad vengeur aux ébats amoureux. Un bel exemple de réussite de cette tolérance imbécile et à sens unique.

C’est bien d’être différent, nous dit le tract en conclusion… Ajoutons, jusqu’à ce que nous soyons obligés de nous soumettre à ceux qui entendent nous imposer leur vision du monde, comme la Charia.
C’est pourquoi, si des élèves sont témoins de la haine à l’égard des immigrés noirs ou musulmans ou des homosexuels, ils doivent en informer immédiatement leur instituteur (trice) et dénoncer les contrevenants qui peuvent être poursuivis en justice. Par contre, ceux qui se font traiter de « face de craie » peuvent souffrir en silence. Après la colonisation et l’esclavage, ils ne l’ont pas volé.

Sixième paragraphe : lutter contre le racisme

Le racisme est la chose la plus vile au monde et les Blancs sont coupables, forcément coupables. S’ils ne l’étaient pas, ferait-on tout ce foin autour de la différence, de l’intolérance, de la haine de l’autre ? Donnerait-on aux élèves, dès leur plus jeune âge le parfait vademecum de l’antiracisme ? Et si l’école prend ce problème à bras-le-corps alors qu’il revient normalement aux parents d’éduquer leurs enfants à la tolérance, c’est qu’il y a péril en la demeure. Sachant que la France, et l’Europe en général sont appelées à accueillir toujours plus de migrants (les pauvres !) il faut préparer la relève antiraciste, anti-xénophobe, anti-islamophobe. L’école s’est donc donné pour mission d’éradiquer le Mal. C’est sa vocation progressiste !

Conclusion

Qu’on ne s’étonne donc pas qu’il revienne désormais à l’institution scolaire, qui s’occupe de tout, sauf de ce qui devrait relever de sa vocation et de ses compétences – à savoir transmettre les connaissances – de laver les jeunes cerveaux pour le bien de l’humanité. De même qu’il revient désormais à l’école de lutter contre le sexisme, contre l’homophobie et d’imposer subrepticement la théorie du genre. On comprend donc que quelques fautes d’orthographe (aussi grossières soient-elles) jamais n’aboliront la généreuse entreprise de faire triompher l’amour du prochain, la tolérance et les droits de l’homme. Quoi qu’il fasse et quel que soit son désir de s’intégrer dans notre société, le différent, l’étranger migrant, est un être à préserver, car par essence il est une victime.

Pour répondre à ce tract de propagande, nous pouvons conseiller aux enseignants de lire ou relire les consignes données par l’Oci via l’Isesco concernant l’intégration des musulmans, population la plus nombreuse sur le sol français.
Là, ils pourront comprendre qu’ils n’entendent pas du tout nos « valeurs » car ils ont les leurs et n’ont pas pour projet de les adapter aux nôtres. Pour eux, la tolérance ne dépasse pas les lignes de la Charia. Mais bien sûr, nos enseignants ne les ont jamais lues et il est probable qu’ils ne les liront jamais !

Évelyne Tschirhart

 

Source : https://ripostelaique.com/ecole-lavage-de-cerveau-immigrationniste-de-nos-enfants-en-ce1.html

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :